• Revenir à la taille initiale
  • Agrandir la taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
Accueil  >  Actualités

Actualités

Publié le 06/06/2018

Deux nouveaux centres pénitentiaires s’équipent en télémédecine

Alors que les prisons d’Epinal, de Metz et de Nancy utilisaient déjà la télémédecine pour assurer des consultations médicales à distance pour les détenus, c’est au tour de deux USMP meusiennes (Unités Sanitaires en Milieu Pénitentiaires) de se doter du service de téléconsultations Odys. Des premières téléconsultations pré-anesthésiques ont eu lieu en mars 2018 à la prison de Montmédy, puis en avril à Saint-Mihiel. Elles mettent en relation un médecin anesthésiste du Centre Hospitalier de Verdun-Saint Mihiel avec les détenus de ces deux établissements pénitentiaires, évitant ainsi de les conduire jusqu’à l’hôpital pour leurs consultations. Cette technique est possible en addictologie, pour la régulation médicale avec le SAMU et prochainement pour la dermatologie.

Les enjeux sont considérables, puisque ces téléconsultations permettent d’obtenir rapidement l’avis d’un spécialiste avec des délais de prise en charge nettement raccourcis. Le temps médical est clairement optimisé. A noter également que comme tout patient, le patient détenu peut refuser les soins jusqu’au dernier moment, et notamment de se rendre à la consultation prévue. Grâce à la télémédecine, les équipes espèrent une diminution des refus de soins.
En termes d’extraction de détenus, les risques d’évasion ou d’agression sont amoindris.

Pour réaliser ces téléconsultations, les USMP sont équipées d’un chariot de télémédecine innovant, équipé d’une caméra haute définition, de micros et de haut-parleurs permettant une conversation en mode « mains libres ». Les équipes médicales ont la possibilité de faire des photographies ou des enregistrements vidéo à distance, pour les intégrer aux dossiers des patients (photographie de plaie, enregistrement d’une crise d’épilepsie, etc.) Ainsi, grâce à ce matériel innovant, le médecin du CH de Verdun-Saint Mihiel peut interroger facilement son patient à distance, zoomer sur certaines parties du corps, ou réaliser des mesures, comme la distance inter-incisive du patient. Il peut prendre en photo le patient et réaliser des tests précis, permettant par exemple de prévoir la difficulté d’une intubation, et en garder trace dans le dossier.

D’autres établissements pénitentiaires devraient s’équiper d’Odys prochainement, comme ceux de Sarreguemines et d’Oermingen.

Témoignage de Gisèle Amichot - Directrice en charge des Affaires Générales - GHT Coeur Grand Est

« Le CH de Verdun est déjà habitué à l’usage de la télémédecine, dans le cadre des accidents vasculaires cérébraux, des consultations en néphrologie ou des projets de téléradiologie. Avec la mise en place des téléconsultations en milieu pénitentiaire, nous réalisons un pas de plus vers l’innovation numérique au sein du GHT Cœur Grand Est. Le projet, soutenu par l’ARS et les tutelles du milieu carcéral, a été porté conjointement avec le CH de Verdun-Saint Mihiel et les directeurs des établissements pénitentiaires.
A terme, nous espérons que la télémédecine permettra d’assurer à distance chaque mois 2 consultations pré-anesthésiques, 15 consultations de régulation médicale, 20 consultations en addictologie et 2 en dermatologie. Des chiffres prometteurs… qui évolueront avec le développement de la télémédecine vers d’autres usages, comme la mise en place de téléconsultations avec des EHPAD ou d’autres centres hospitaliers. La télémédecine est devenue une solution efficace, dans notre GHT comme ailleurs, pour faire face à la diminution  du nombre de médecins de du territoire dans un contexte de maîtrise des dépenses de transport. Aujourd’hui, il est évident que professionnels et patients se trouvent face à un nouveau défi de taille : s’approprier la télémédecine, service du futur…
»

 

Besoin d'aide ?

Vous souhaitez plus d'informations sur un service Télésanté Lorraine ? Obtenir des supports de communication ?

 

Pour toute question technique

contactez le
03 83 97 13 70
composez le 1
ou support@sante-lorraine.fr

 

  • Pour toute demande d'information générale


contactez le
03 83 97 13 70  composez le 2
ou secretariat@sante-lorraine.fr