• Revenir à la taille initiale
  • Agrandir la taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami
Accueil  >  Actualités

Actualités

Publié le 02/01/2013

Odys, ou la naissance d'une téléconsultation haute qualité en milieu pénitentiaire

L’amélioration de la santé en milieu pénitentiaire figure parmi les priorités nationales de développement de la télémédecine, édictées par le Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS).C’est dans cette optique que le Pr Hervé Bouaziz, médecin anesthésiste au CHU de Nancy, a cherché à développer la télémédecine entre son service hospitalier et l’UCSA (Unité de consultation et de soins ambulatoires), située dans la prison de Nancy-Maxéville, en concertation avec le chef de service de l’UCSA, Dr Peton.

L’objectif étant de passer par Odys, un nouveau service informatique de téléconsultation médicale, pour assurer les consultations pré-anesthésiques avec des patients détenus. Mardi 27 novembre 2012, les premières téléconsultations utilisant le service Odys ont été réalisées pour deux patients.

Rapide retour en arrière…
Le Pr Bouaziz se montre depuis toujours volontaire et impliqué dans la simplification de l’accès aux soins. Déjà en tant que Président de l’ILAR (Institut Lorrain d'Anesthésie Réanimation), il avait mis en place la « consultation d’anesthésie délocalisée. » En constituant un annuaire conséquent d’anesthésistes lorrains, il pouvait proposer à n’importe quel patient de consulter un anesthésiste exerçant proche de son domicile, lui évitant ainsi de longs trajets jusqu’à l’hôpital où il se ferait opérer. Aujourd’hui, les choses évoluent encore : « La télémédecine est le prolongement moderne de ces consultations d’anesthésie délocalisées », précise le Professeur.
Avant l’émergence de la télémédecine, les patients détenus qui allaient se faire opérer, devaient obligatoirement être extraits de la prison une première fois, accompagnés d’agents pénitentiaires, pour prendre part à la consultation d’anesthésie au CHU. Une extraction souvent coûteuse. C’est donc en mars 2011 que le Pr Bouaziz expérimente alors les premières téléconsultations pré-anesthésiques avec des patients de l’UCSA. Lui et les équipes de l’UCSA, en réalisent alors une trentaine, et utilisent alors un service informatique de webconférence, baptisé Lorrconf. S’il permet de voir le patient à distance, Lorrconf est surtout destiné aux réunions entre médecins, et reste peu adapté aux téléconsultations entre médecin et patient.
Début 2012 à Télésanté Lorraine, le chef de projet Arnaud Vezain est missionné pour déployer un nouvel outil, spécifiquement dédié aux téléconsultations. En mai 2012, Covalia, une société française spécialisée en télémédecine, est choisie suite à un appel d’offres pour fournir un outil informatique de téléconsultation. En s’adaptant aux besoins lorrains et aux spécifications souhaitées par un groupe de travail régional, constitué de médecins et d’informaticiens, l’outil prend forme. C’est ainsi que le service Odys voit le jour, un service entièrement dédié à la téléconsultation médicale.

Odys : pour une téléconsultation haute qualité !
Rapidement, il a été convenu avec le Pr Bouaziz de passer à Odys pour assurer les consultations pré-anesthésiques avec l’UCSA. Mardi 28 novembre 2012, deux premières téléconsultations ont été assurées à travers Odys : les patients étaient physiquement présents à l’UCSA, tandis que le Pr Bouaziz restait dans les locaux du CHU. Mais de part et d’autres, les acteurs se voyaient et s’entendaient parfaitement, par l’intermédiaire d’écrans d’ordinateurs et de micros. Les caméras, ultra-précises, permettaient un visionnage en temps réel et en haute définition.
Du côté de l’UCSA, le rôle de l’équipe soignante était essentiel : en plus d’assurer une consultation généraliste avec le patient, le docteur Caroline Fritsch et le cadre de santé Denis Titah assuraient l’accueil initial et la prise en charge de ce patient, tout en orientant vers lui un chariot mobile Odys équipé d’une caméra, afin de permettre au Pr Bouaziz de commencer son interrogatoire médical. Ce dernier explique d’ailleurs en quoi la présence de ces professionnels auprès du patient est importante pour lui : « Le Dr Fritsch ausculte le patient, prend des mesures qu’elle me communique, comme la pression artérielle. Lorsque je commence ma consultation spécialisée en anesthésie, le travail amorcé par l’équipe de l’UCSA m’aide grandement. »

Du côté du praticien hospitalier, le zoom sur le patient est très précis (x18), permettant de visualiser exactement n’importe quel détail du patient, jusqu’aux veines sur le pli du bras, ou sur le dos de la main. Il a également la possibilité de faire des mesures et d’autres tests médicaux à distance : écart entre les incisives, test de Mallampati, upper lip bite test, etc. odys
Autant d’atouts que le Pr Bouaziz dénombre aujourd’hui : « Odys me permet de gagner du temps. Le dossier du patient est entièrement informatisé, les photos prises à distance y sont naturellement rattachées. Les procédures sont ainsi simplifiées. De plus, en adhérant à de tels projets, le CHU se met également « à la page » en matière de nouvelles technologies de l’information et de la communication. »
Pour l’UCSA et pour les patients également, Odys présente des avantages certains. Il évite une extraction onéreuse du patient hors de prison, qui peut d’ailleurs se révéler parfois problématique en matière de sécurité. Quant aux patients détenus, le nouveau service informatique saura les satisfaire également. Arnaud Vezain précise : « On croit souvent, à tort, que les patients de l’UCSA apprécient sortir de prison pour venir en consultation au CHU. En réalité, se montrer entravé en public est difficile pour eux. » Et d’ajouter que la téléconsultation par Odys permet également de réduire les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous.

Odys en plein développement…
Objectif : déployer Odys en 2013 sur toutes les UCSA de Lorraine, que ce soit autour des consultations pré-anesthésiques ou autour d’autres pathologie comme la dermatologie.
Télésanté Lorraine œuvre actuellement au déploiement régional d’Odys, sans se cantonner au seul milieu pénitentiaire. A noter que ce service régional de téléconsultation commence également à être utilisé dans les cas de prise en charge des AVC en urgence (entre le CHU et le CH de Bar le Duc), pour des téléconsultations en Unité de Dialyse Médicalisée ou autres. En Lorraine, l’Odys-sée ne fait que commencer…

 

Besoin d'aide ?

Vous souhaitez plus d'informations sur un service Télésanté Lorraine ? Obtenir des supports de communication ?

 

Pour toute question technique

contactez le
03 83 97 13 70
composez le 1
ou support@sante-lorraine.fr

 

  • Pour toute demande d'information générale


contactez le
03 83 97 13 70  composez le 2
ou secretariat@sante-lorraine.fr